Del Prado 1/350 Dornier Do X Hydravion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Del Prado 1/350 Dornier Do X Hydravion

Message  victor le Lun 13 Juin - 13:28

Septembre 1924

Je ne vais quand même pas passer toute ma vie à aider ce comte à construire ces énormes cigares volants. Il veut toujours que je l’aide Zeppelin, mais moi j’ai d’autres rêves en tête !

[img][/img]

D’accord j’ai obtenu cette place chez lui entre autres grâce à mon diplôme de l’université technique de Munich décroché en 1913, mais ce « papier » me rend apte aussi à d’autres fonctions qu’à celle de simplement lui servir de conseiller technique à ce producteur de baudruches motorisées.

[img][/img]

Et si je développais un avion… oui m’enfin le concurrent Junkers, même s’il ondule un peu de la toiture en matière d’aérodynamique, il en fait déjà des avions et qui volent bien malgré tout. Non dans l’immédiat, je vais pas lui faire de la concurrence à ce cornichon, mais produire un truc bien gros qui donne des complexes à mon ex-employeur.

[img][/img]

Cependant achtung ne pas marcher sur ses plates-bandes au vieux, ça il ne me le pardonnerait jamais que je fasse aussi dans le dirigeable. L’idée voilà l’idée, produire un appareil énorme, oui énorme, qui puisse décoller ou atterrir à partir d’un plan d’eau, mais pas de la terre, non pas de la terre, il faudrait lui mettre des roues et cela coûterait une fortune en pneus pour un futur exploitant.

[img][/img]

Ce serait donc un hydravion et pas un amphibie, comme nous l’expliquait en son temps herr docteur Zukhoï Vingtziss lors de son cours magistral sur la question.

(…)

25 juillet 1929

Trompf grand jour pour moi Il a volé, mon bébé , mon gros bébé… il a décollé du Lac de Constance en Suisse à proximité de la ville d’Altenrhein…ne pas pouvoir le tester en Allemagne, tout cela parce qu’on a perdu la guerre et à cause de ce fichu Traité de Versailles !

[img][/img]

Quand je pense que mon père est d’origine française. D’apprendre que de pareilles vexations me sont imposées aussi par la France, il doit se retourner dans sa tombe tiens mon vieux, Dauphin-Désiré, né en Isère en 1845 et devenu allemand de par son mariage avec maman, Mathilde Buck originaire de Bavière.

[img][/img]

Et je ne parle pas de toutes les ruses pour contourner l’interdit qui nous a été fait par le même traité de pouvoir construire de gros avions… alors, il est né sous X en quelque sorte mon bébé, c’est pour cela que j’ai décidé de l’appeler Dornier Do-X.

(…)

21 octobre 1929

Teufel, les acheteurs ne se bousculent pas au portillon ma parole, le moment est venu de lui faire un peu de pub à mon hydravion. Mes ouvriers ont consacré 240 000 heures de travail et 570 jours de leur temps à sa construction.

[img][/img]

Aussi pour les remercier, je leur offre ainsi qu’au membres de leurs famille une balade aérienne à bord de ce léviathan qui leur doit tant ! 159 qu’ils étaient à bord pour ce vol plus les dix membres d’équipage.

[img][/img]

J’ai quand même eu chaud ce jour-là. L’appareil venait de décoller que mon secrétaire m’appelle au téléphone pour me rappeler que mon nouvel appareil n’est pas encore certifié pour le vol passagers par les autorités allemandes et que donc il faudra encore attendre pour son immatriculation.

(…)

Octobre 1930

Enfin, mon bébé est certifié et pourvu d’une immatriculation D-1929 (comme c’est original) mais toujours pas d’adoption en vue par qui que ce soit.

[img][/img]

Il faut dire que sa motorisation m’a donné du fil à retordre. Les 12 moteurs Siemens Jupiter (de 535 CV) dérivés du Bristol Jupiter c’était trop pour eux que de maintenir en l’air longtemps les 52 tonnes que pèse mon bébé à pleine charge (mais même à vide il est lourd, un peu moins de 30 tonnes quand même).En fin de compte j’adopte des moteurs plus endurants, des moteurs à 12 cylindre en V, des Curtiss GV 1740 Conqueror développant chacun 640 CV , ce qui donne multiplié par douze quelque 7680 CV. Les réservoirs d’une contenance de 23 300 litres leur assurent un rayon d’action variant de 1700 à 2300 km à une vitesse de maximum 175 km/h et pour un plafond de 500 m.

[img][/img]

C’est un peu poussif et minable pour l’altitude mais voilà c’est comme cela et puis ainsi les 66 passagers pourront bien profiter du paysage qui défile sous leurs yeux.

(…)

24 mai 1932

Grand jour aujourd’hui, mon bébé vient de se poser sur le lac Müggelsee, à proximité de Berlin, retour d’une tournée mondiale de promotion qui a débuté le 5 mai 1930. Pour le rendre séduisant et vendable, j’ai fait mettre les petits plats dans les grands : la cabine est aménagée façon paquebot de luxe, d’ailleurs il y a même des tableaux représentant des « marines » dues au talent du peintre Claus Bergen.

[img][/img]

Ce tour du monde avait commencé par une escale aux Pays-Bas, puis l’Angleterre, la France, le Portugal. Puis il y a eu une interruption de deux mois, pour début d’incendie à bord, heureusement ce n’était pas trop grave, et le 31 janvier 1931 le Do-X amerrit aux iles Canaries d’où il repart vers la Guinée portugaise, de là traverse l’Atlantique vers Rio de Janeiro où il arrive le 20 juin 1931.

[img][/img]

De là son périple reprend et s’achève pour sa partie américaine en apothéose à New York le 27 août 1931.

(…)

9 mai 1933

Catastrophe, l’avenir commercial de mon bébé est compromis, Après une tournée allemande de deux ans et alors qu’une autre tournée se préparait dans les Balkans et vers la Turquie, un commandant de bord un peu « tuuuuut » (censuré) m’a cabré trop fortement l’appareil lors d’un amerrissage sur le lac de barrage de Kachlet (près de Passau),ce qui du coup a brisé l’empennage.

[img][/img]

Bon cela a été vite réparé discrètement mais un spectateur, aussi « tuuuuuut » que le commandant de bord, avait fait deux photos qu'il a montrées ici et là.

(…)

Octobre 34

Lettre du ministère de l’Air qui m’annonce que suite à l’accident du lac de Kachlet, mon appareil ne pourra pas être homologué pour le service commercial.

[img][/img]

Après tout je m’en moque, de toute façon, la Deutsche Lufthansa n’en voulait pas et les seuls autres, des Italiens de la compagnie aérienne SANA qui m’en aient commandé deux exemplaires, Do X-2 et Do X-3, pourvus de moteurs Fiat de 600 cv les ont reçus mais ne les ont jamais mis en service commercial.

[img][/img]

L’armée de l’air de leur pays s’en est emparée pour les tester comme bombardiers ou transporteurs de troupes…enfin ce sont des bruits qui courent

(…)

Novembre 1943

J’ai le moral dans les chaussettes. Mon Do-X vient d’être détruit suite au bombardement du Deutsches Technikmuseum Berlin où il était exposé depuis 1934. Déjà que cela m’avait fait un coup en 1935 d’apprendre le ferraillage des Do X-2 et X-3 à La Spezia en 1935.

[img][/img]

En tout cas avec cet hydravion j’ai pas réussi à lui damer le pion au Comte Zeppelin, il doit se marrer comme une baleine dans sa tombe… enfin pensons à autre chose, où en est la mise au point de mon Dornier Do 335, la Luftwaffe brûle de le mettre en opération!

Extraits du journal de Claudius Dornier (1884 - 1969)
Wink
avatar
victor

Messages : 6
Date d'inscription : 04/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum